Donner un nom aux victimes

Les nazis dérobaient une partie de la dignité et de l’identité de leurs ennemis en remplaçant leurs noms par des nombres. Après l’exhumation des corps du charnier en 1954, les victimes du camp de concentration de Vaihingen/Enz ont une nouvelle fois été identifiés par un nombre. Les funérailles se sont effectuées anonymement, généralement sans personne. Sur les pierres tombales on ne trouve également que des nombres. Mais pour se remémorer les membres de leur famille décédés et faire leur deuil, les proches ont besoin d’un endroit précis où se recueillir. De ce fait, l’association du camp de concentration à Vaihingen/Enz a eu l’idée de redonner une vraie identité aux victimes.


Développement du projet

+

Tout d’abord, on a développé avec le ciseleur Lothar Morlock de Vaihingen un concept, qui prévoyait quatre stèles basaltiques avec tous les noms des victimes. Ce point de départ artistique, qui représentait beaucoup de travail manuel, n’a pas été finançable. Après des recherches dans d’autres lieux commémoratifs, le projet mené au camp de concentration de Mauthausen nous a donné l’idée de graver au laser les noms des victimes sur des dalles transparentes. Les entreprises ‘Lascript’ et ‘Metall und Form Martin Fussenegger’ de Vorarlberg avaient réalisé ce projet et ont finalement été choisies pour le reproduire à Vaihingen/Enz.

Dans l’ensemble, seize ardoises ont été montées sur quatre armatures métalliques creuses, contiennent alors les noms des victimes dans l’ordre alphabétique sans faire de différence selon la nationalité ou la religion.

Noms et nombre de victimes

+

Ce projet de 40.000 Euros au total, avec ses quatre colonnes et son emplacement central pour y déposer des couronnes de fleurs, des bougies, des pierres et d’autres choses semblables, sert à la fois de lieu de deuil et de commémoration mais le visiteur peut également avoir à travers les noms un aperçu des vingt nations et cultures qui sont celles des victimes.

« De la France à la Pologne, de la Norvège jusqu’à l’Italie », des quatre points cardinaux venaient les détenus du camp, disait Monsieur le Dr Scheck de l’association le jour de la présentation des colonnes le 13 Octobre 2013 au cimetière d’honneur du camp de concentration.

C’est lui qui a été le responsable de l’exploration des noms et des nombres. Il a de plus démontré la difficulté ou la quasi impossibilité de dénombrer précisément les victimes. Les noms de 1342 victimes figurent sur les colonnes de nombres, mais onze restent encore anonymes.

La présentation des stèles aux noms

+

Quelque soixante citoyens, dont environ quinze adolescents, ont assisté à la petite cérémonie sur le cimetière d’honneur le 13 Octobre 2013 quand l’association du lieu commémoratif du camp de concentration de Vaihingen/Enz a présenté des stèles aux noms récemment érigés et expliqué le projet « Donner leurs noms aux victimes ».

Dans le mot d’accueil, le président de l’arrondissement rural M. le Dr Haas a expliqué l’importance du projet des stèles aussi dans le cadre du partenariat de l’arrondissement de Ludwigsburg avec la Haute Galilée qui fête ses 30 ans. Surtout pour les amis israéliens mais également pour d’autres proches, il est capital à travers ce projet d’arracher les  victimes à l’anonymat en leur restituant leurs noms.

Il a remercié les deux sponsors principaux, la fondation Wüstenrot et la fondation d’art, culture et l’éducation de la Kreissparkasse Ludwigsburg et également la fondation Berthold Leibinger pour leur contribution à ce projet pour le travail de mémoire dans l’arrondissement de Ludwigsburg.

Il a remercié enfin en particulier, les membres de l’association du lieu commémoratif du camp de concentration Vaihingen /Enz pour avoir impulsé ce projet, et surtout pour le travail fourni depuis plusieurs années.